Présentation du codex chevalier impériaux V8:

 

            Personnage emblématique, Le chevalier est l’une des figurines parmi les plus imposantes de la gamme de Games Workshop. En jeu, il a connu des fortunes diverses allant du à peine jouable au beaucoup trop fort. Avec cette 8ème édition et la sortie du nouveau codex, allons à la rencontre de ces géants d’acier…

 

Quelques chiffres:

            Comme « ce n’est pas la taille qui compte », on va commencer par quelques données chiffrées pour bien se réaliser le contenu de ce livre.

            Composé de 120 pages, ce codex a une section d’historique fournie. On retrouve l’origine des titans, leurs utilisations ainsi que l’apparition des maisons nobles et leurs codes de l’honneur. Une galerie somptueuse montre les chevaliers sous leurs plus belles couleurs et pour finir, les règles:           2 allégeances, 9 maisons, 15 traits de commandement, 33 stratagèmes, 22 objets, 10 fiches d’unité vous permettront de créer et de jouer votre légion titanique…

 

Organisation d’armée:

            Le codex ne contient que des seigneurs de guerres de 3 tailles: Les Armigers (petit), Les Questors (moyen) et les Dominus (grand).

            Pour créer son armée, 3 détachements nous permettent de les choisir:

            _ Le détachement auxiliaire super-lourd qui n’a pas de restrictions mais n’a pas de bonus de commandement ou de faction.

            _ Le détachement de commandement suprême qui permettra d’allier le titan avec une autre faction, en particulier l’adeptus mechanicus.

            _ Enfin, le détachement super-lourd qui permet de choisir de 3 à 5 unités. C’est lui qui donnera le plus de bonus et de capacités titanesques. Néanmoins pour débloquer le plein intérêt du codex, il vous faudra  aligner au moins 3 Questors et/ou Dominus…

           

Une armée en sous-nombre:

            Une chose est sure, vous jouerez peu de figurines et le gameplay s’en ressent.  Il vous faudra régulièrement faire des choix. 

            Si votre puissance de feu est exceptionnelle, il faudra choisir avec soin vos cibles. Tirer sur le char ou la grosse unité? Éliminer le chef adverse ou finir le char qui vous embête? Séparer ses tirs ou viser une seule unité?

            Pour contrôler un objectif, un titan compte pour 1… Comme un garde impérial. Avec la compétence d’ « Objectifs sécurisés » des troupes, vous aurez du mal à contester quoique ce soit. Par contre, la taille de votre socle, utilisée intelligemment, peut vous permettre de restreindre son accès.   Attention, cela peut aussi vous empêcher d’avoir une ligne de vue claire sur vos cibles.

            Enfin, il vous faudra bien anticiper le rôle de chacune de vos machines: anti-char, anti-élite, corps à corps, tir ou plus polyvalent, c’est un choix crucial dans votre déploiement. D’ailleurs allons voir ce que chaque profil nous propose…

 

Les Armigers:

            Il s’agit du plus petit châssis du codex. Oscillant entre 160 et 190 points, il sera choisi en unité de 3, maximum, qui pourront opérer comme des unités différentes au cours de la partie. Il peut être équipé de 2 façons:

            _ Le warglaive, un chasseur de tank avec lance thermique et épée tronçonneuse

            _ Le Helverin,  un appui de tirs avec 2 autocanons particulièrement efficace. Il est polyvalent pouvant éliminer de l’élite comme du petit véhicule avec son 3 de dommage.

            Attention! Il n’a pas les règles génériques des titans et suit celles des véhicules. Il peut donc se retrouver bloquer au corps à corps par de petites unités et manquer une phase de tir vitale…

            Quel que soit le modèle, sa petite taille, son mouvement de 14 et son impact lui permet de sauter de couvert en couvert en infligeant des dégâts importants…

 

Règles génériques:

Un chevalier impérial de classe Questor ou Dominus aura les règles suivantes:

            _ Il peut se désengager et quand même tirer et charger.

            _ Il n’a pas les malus de tirs avec les armes lourdes.

            _ Il peut passer au-dessus des unités d’infanterie et des nuées.

            Ça c’est la base. Tous les chevaliers auront 3 types d’armes:

            Déjà, ils peuvent attaquer avec leurs pieds. Ce sont de redoutables armes de corps à corps qui multiplient par 3 le nombre d’attaques avec des statistiques formidables…

            Ensuite, les armes de bras qui sont généralement des canons à la puissance exceptionnelle pour leur catégorie. Le canon thermique est par exemple une version améliorée du fuseur. La différence vient de la portée de l’arme et de prix: gratuit.

            Enfin, ils peuvent aussi avoir des armes de carapaces qui peuvent aller de la simple mitrailleuse au lance-missile qui ignorent les lignes de vue en passant par une batterie anti aérienne. Attention à bien les prendre en compte quand vous faites votre liste…

 

Les Questors:

            Le chassis Questor est la version « moyenne » des chevaliers. 24 points de vie à endurance 8 avec 3+ de sauvegarde ainsi qu’une sauvegarde invulnérable à 5+ contre les tirs. Oui, rien que ça. Nous avons affaire à un monstre de résistance qui n’a son pareil nulle part. Il faudra plusieurs unités ennemies coordonnées pour en venir à bout, parfois sur plusieurs tours…

            En matière d’attaque, il existe plusieurs combinaisons différentes que nous pourrons classer en 3 catégories:

            _ Le Gallant est un châssis de corps à corps armé d’un gantelet et d’une épée tronçonneuse. Le moins cher de ce type, autour de 350 points, c’est un choix intéressant capable de mettre la pression sur l’armée adverse en avançant vite vers elle. Il proposera alors à l’ennemi le casse-tête de devoir choisir une cible pour éviter d’être pris à la gorge sur plusieurs fronts. Malgré sa résistance, il va avoir tendance à s’exposer et donc perdre en efficacité. Il lui faudra  un bonus de faction en adéquation avec ses capacités pour représenter une menace importante…

            _ Les châssis dit « mixtes », équipés d’une arme de tir et d’une arme de corps à corps. On peut citer l’Errant avec un canon thermique et une épée tronçonneuse. Ils sont un peu plus cher que le Gallant mais apporte une polyvalence intéressante. Capable de s’en prendre à n’importe quelle cible, du lourd avec son épée au plus léger avec ses pieds titaniques, l’intérêt est dans leur prix bon marché pour des figurines de ce gabarit-là. Ils vont aussi bénéficier de toutes les maisonnées et offrir une menace difficile à déchiffrer pour votre adversaire. Va-t-il tirer? Va-t-il charger? En fait, il va probablement faire les 2…

            _ Le crusader est une version de tir aux environs de 480 points. Équipé d’une gatling et d’un canon thermique ou d’un obusier, cette plate-forme de tir est un investissement à ne pas prendre à la légère. Épine dorsale d’une armée orientée tir, sa puissance de feu peut être dévastatrice avec le petit bonus de maisonnée ou d’objet qui va bien. Le codex n’ayant pas beaucoup de relances il faut anticiper de multiplier les options de tir et ne pas hésiter a concentrer ses tirs.

            Les Questors sont les troupes d’une armée titanique. Solide, ils peuvent être sacrément polyvalent…

 

Les Dominus:

            Le chassis « Dominus » est un monstre autour de 600 points et des armes dévastatrices.

            _ Le « Valiant » est la variante de courte portée. Un lance-flamme effrayant de 3D6 touches automatiques à force 7, D3 dommages et un harpon force 16, 10 dégâts donne une puissance de feu exceptionnelle et polyvalente. Si la lecture du profil le fait paraître, il faut le jouer avec finesse car il sera très vite exposé.

            _ Le « Castellan » est plus aléatoire. C’est le châssis tireur ayant un plasma avec 2D6 tirs et un canon Volcano à D6 tirs a 3D3 dégâts! Mais surtout avec des armes de carapaces qui stabilisent son action. Moins exposé par une portée moyenne de 48 pas de ses armes, il faut le voir sur le long terme et le préserver en le protégeant….

            Le « Dominus » n’a pas d’équivalent dans le jeu. C’est une puissance de feu qui peut éliminer n’importe quoi, y compris les primarques et qui peut poser des soucis à tous les adversaires. A ce titre, il redéfinit complètement la façon de faire une liste, en particulier une liste de tournoi. Sa taille massive peut empêcher une unité de s’approcher d’un objectif et dissuader votre adversaire à faire certains mouvements. Et pourtant ce n’est pas un élément de jeu qui casse tout. Il peut vite se faire submerger par une myriade de petits tirs et il n’est pas à l’abri d’un tir chanceux. De plus, son armement doit être optimisé pour éviter de perdre des opportunités.

 

            En conclusion,  Les chevaliers impériaux sont une nouvelle façon de jouer. Puissamment armés, ultra résistant, c’est une armée avec laquelle il faudra compter dans les futurs tournois. Mais ne vous précipitez pas: il est aussi extrêmement fun et apporte de la subtilité dans la composition d’armée et dans le jeu. Vous ferez des choix cruciaux, vous aurez des revers de fortune mais si jamais le plan se déroule comme prévu, vous serez un rouleau compresseur inarrêtable…

            Enfin, ce codex apporte de la diversité. Et ça on le verra dans le prochain article…