La 9eme édition de Warhammer 40k est à l’horizon de ce mois de Juin et elle signifie le renouveau d’un jeu autour duquel on gravite au magasin depuis 30 ans… Parmi les promesses de cette nouvelle version, vous avez peut être entendu parler d’un nouveau format de jeu : Crusade. Le principe est simple : lier les parties entre elles. A la fin d’une partie que vous venez de jouer, vous gagnerez des ressources qui vous permettront soit de faire évoluer les troupes qui ont survécu, soit de faire grandir votre force. Cette optique nous plaisant assez, les membres du staff et des habitués de la boutique ont décidé de se lancer chacun dans une nouvelle armée. Pour cela, on se donne un budget de 100 euros par mois et on monte tranquillement notre compo en suivant les parties. On commence à tout seigneur, tout honneur, par votre serviteur et ses primaris…

Philosophie :

Avant de commencer une nouvelle armée, je vous conseille de prendre le temps de réfléchir. Outre l’investissement financier, il faut que le jeu et l’histoire qui va se déployer sur la table vous parle, vous pousse vers l’avant. Bien entendu, les sources de renseignement ne manquent pas, des chaînes Youtube aux sites de fans en passant par vos vendeurs préférés, vous trouverez assez facilement toutes les informations nécessaires pour une étude préalable à l’armée.

Déjà les photos  des figurines. C’est avec ce visuel que vous passerez le plus de temps que ce soit en peinture ou en jeu. Est-ce que c’est celui qui vous plait ? Quelle figurine vous plait le plus ? Quelle figurine voulez-vous voir sur la table ? Ce choix est crucial en particulier car les armées ont des figurines « obligatoires » de jeu. Pas d’armées de Marines sans marines…

Ensuite, l’histoire de la faction, sa philosophie. Toute figurine de 40K a une histoire, une place dans l’univers, dans  cette galaxie immense. Votre marine est-il issu des terribles Blood Angels, sur le point de succomber à la Rage de Sang ? Est-il un enfant de Russ ou un natif de Caliban ? A-t-il vu des tyranides dévastés un monde et survécu pour le raconter ? A vous de choisir…

Enfin, il y a la philosophie de jeu. Corps à corps ou tir à longue portée ? Une armée de troupes ou d’élites ? Rapide et mortel comme  un raid éclair ou rouleau compresseur lent et méthodique ? Chaque armée à sa façon d’être joué même si des points communs peuvent se retrouver dans certaines listes…

Jouer Primaris :

Après quelques réflexions, je me suis rendu compte que les Marines me manquaient. De mes premiers Space Wolves à mon dernier Gulliman qui remonte au début de la V8, j’ai laissé de côté ces figurines que ce soit les loyalistes que les hérétiques. La présentation de la boite d’Indomitus et en particulier, le visuel des vétérans à bouclier m’a motivé à remonter un chapitre, uniquement composé de primaris.

Connaissant le jeu des Ultramarines et voulant favoriser la fusillade, j’ai choisi de partir sur un chapitre successeur de nos bleus préférés. Cela me permettra de partir d’une base solide en terme de règles car Games Workshop les soutiennent régulièrement mais aussi de me laisser un peu de souplesse dans la peinture.

J’avoue ne pas être trop arrêté sur l’historique encore de mon armée. J’ai bien envie de créer un corps expéditionnaire venant en renfort d’une avant-garde. J’aime beaucoup l’idée de pouvoir créer des héros au fur et à mesure des batailles, donc je ne partirai que d’une histoire générique au départ.

En termes de jeu, j’avoue ne pas trop vouloir aller au corps à corps que je joue beaucoup à Age of Sigmar. J’ai envie de profiter de la phase de tir à moyenne portée et de pouvoir redoubler ses phases. Donc plutôt une force mobile avec une grosse base d’infanteries, sans doute embarquées ou téléportées, et des primaris équipées pour des frappes chirurgicales. ..

 

Les achats :

Quand vous commencez à jouer Marines, en particulier Primaris, vous avez de quoi être à l’aise. Les sources pour se procurer ces figurines sont multiples et relativement abordables. Que ce soit par les multiples start collecting, les boites de jeu sorties, il n’est pas rare de retrouver  de l’ultramarine et/ou du primaris dans les sorties de Games Workshop, tout support confondu.

Par quoi commencer ? Je vais aborder l’armée par un achat non conventionnel mais obligatoire : le codex Space Marines. Je ne prendrais pas tout de suite de supplément mais je vais chercher à anticiper mes achats au maximum. Donc j’ai besoin de connaitre leurs profils. Pour les figurines, après réflexions, je vais me laisser tenter par une demi-boite space marines de Dark Imperium.  L’avantage de ce choix est triple :

_ Il correspond parfaitement à la description que je me fais de la progression dans le jeu. Une base solide, classique,  qui crée un cœur d’armée correct, de tir à moyenne portée et polyvalent.

_ Il est suffisant pour jouer, avec 2 troupes de 5 et 1 QG. Il suit aussi l’idée de troupes d’élites avec des unités petites en effectif et performantes.

_ Il est complémentaire de l’achat de la partie Marines d’Indomitus qui représentera l’arrivée du contingent complet. A ce moment-là, j’aurais 2 gros choix de troupes avec  une qui restera en fond de cours et une autre qui avancera, 2 choix de soutien entre les plasma et les fuseurs, 2 choix d’attaques rapides avec les Inceptors et les motos et suffisamment de QG pour pouvoir varier mes listes.

Ayant aux alentours de 80 euros sur un budget de 100€, je complèterai cela avec un Librarian, qui n’est pas présent dans Indomitus et qui me donnera une base de magie pour la suite…

Le jeu :

Le contenu de Dark Imperium est un peu difficile à utiliser pour le débutant car il est assez statique en fait. Seuls les Inceptors doivent vraiment bouger dans les premiers tours, le reste doit chercher les lignes de tirs à longue/moyenne portée et éviter de se faire charger trop tôt. Vouloir trop avancer conduit souvent à ne plus pouvoir tirer, ce qui est la force de ces unités…

La pierre angulaire de la liste, ce sont les Hellblasters. Capable de gérer n’importe quelle menace grâce à leur plasma, il s’agit du marteau de la liste qui doit éliminer sa cible. Je leur adjoindrai toujours le capitaine pour fiabiliser leurs tirs avec son aura qui permet de relancer les 1 pour toucher. Il sera sur un des côtés de l’unité pour pouvoir contre-charger si l’armée se fait déborder et que l’ennemi cherche à engager les Hellblasters.

Les intercessors vont servir de tampon. Si leurs tirs sont bons contre de la troupe faiblement armurée,  vous serez beaucoup moins efficace sur du véhicule ou de l’infanterie comme le … marines.  Je mettrai le lieutenant avec en soutien. Gardez bien en tête que malgré ça, vous n’avez que peu de vrai bonus au corps à corps et placez-vous de façon à être juste à la limite de portée de charge de vos adversaires.  Comme on a le droit de prémesurer, c’est assez facile à calculer : Mouvement adverse + 10 de charge.  12 si vous voulez être sûr mais j’aime bien 10 car cela force l’adversaire à se poser la question de charger ou pas. Dès l’instant où votre adversaire à un dilemme, il a plus de chance de faire une erreur, comme sortir de son couvert et rater sa charge…

Les Inceptors sont des électrons libres. Pas suffisamment efficace pour éliminer une unité entière, ni nombreux pour contrôler un objectif, leur rôle tient du bluff. En les jouant de façon agressive, vous pouvez forcer votre adversaire à temporiser et ainsi donner une phase de tir de plus à votre ligne arrière.  Comme les intercessors, je garderai une marge bien entendu pour éviter la charge, dans les mêmes proportions. S’ils se font charger, c’est moins grave car leur capacité de vol leur permet de se désengager et tirer.

Dans tous les cas, c’est une composition où il faut faire preuve de patience et d’un petit jeu de chat et souris intelligent pour amener son adversaire dans ses griffes.  Il faut être aussi prudent car une mauvaise série de lancers de dés peut être catastrophique car vous avez au final que peu de figurines. Il faut que chaque choix compte…

Conclusion :

Au vu du nombre de factions, de boites et d’éléments fantasmagoriques différents sortis pour Warhammer 40k, j’avoue que c’est avec un certain soulagement que je me pose devant ma table de peinture avec des figurines de marines. Classiques certes, mais elles ont grandi dans la sculpture autant que dans le jeu.  Je suis curieux de découvrir par ce système d’achat étalé ce que Games Workshop a prévu en ayant le temps d’y réfléchir.

Et bien entendu, si vous voulez jouer contre ma liste, je suis à la boutique régulièrement pour faire des démos, des parties ou simplement papoter…

Et si comme Guitou, vous voulez partir sur Dark Imperium, il s’avère qu’il nous en reste encore à la boutique, profitez en pour venir nous faire un coucou…