Avec la sortie de la boite d’Indomitus et de la V9 de Warhammer 40k, c’est l’heure pour moi de vous faire une confession: cela fait 1 semaine que Games Workshop nous a envoyé des exemplaires de démonstrations, à l’instar de ce que les youtubeurs reçoivent. En 1 semaine, nous avons eu le temps de lire, de jouer, de rejouer, de retourner, de disséquer, de… Bon enfin, vous me comprenez: on a pu se frotter à cette nouvelle mouture du jeu phare de Games Workshop. C’est donc l’heure de distribuer les bons, les mauvais points et de vous parler de ce qui se passe sur la table…

 

De l’immobilisme…:

Commençons par ce qui fâche. La première impression quand on finit la lecture du livre de règles est assez étrange: c’est assez lourd. Par rapport à la V8 épurée, la V9 est beaucoup plus dense et assez restrictive. La grande majorité des changements sont des exceptions, des capacités supplémentaires et j’avoue que ma première pensée a été de me demander si tout cela est bien nécessaire. Il est probable que le livre de règles est trop complet, contient trop d’éléments. Ce sont les compréhensive rules (comme les appellent les arbitres), les règles que les joueurs utilisent dans les tournois. Plus que la lourdeur, c’est à se demander parfois si toutes les règles présentées sont nécessaires, juste à cause de leurs nombres et du manque de changement.

Sans présumer de vos goûts, il est probable que si vous n’avez pas aimé la V8, la V9 ne vous plaira pas plus. Le tour par tour est toujours là, les phases de jeu sont les mêmes et la ligne éditoriale du jeu n’a pas bougé d’un iota. C’est un jeu de tir, spécialement de fusillades, avec des escouades autour de 10 figurines, qui veut raconter une histoire et être un jeu compétitif. Si vous vouliez du changement, passez votre chemin…

Dans la même lignée, l’une des principales déceptions vient des FAQ des codex qui ne changent que peu de choses finalement, amendant certains points parfois obscurs. Votre armée part sur les mêmes bases et si ces bases ne vous plaisaient pas, ben, je suis désolé pour vous…

Ce qui marche, marche bien:

Il a fallu que je fasse quelques parties avant de comprendre l’intérêt de cette lourdeur. En fait, tout a un sens. Le but est de combattre les abus de règles, de rendre le jeu plus narratif. Et à ce titre, c’est réussi. L’exemple le plus frappant est la nouvelle cohésion d’unité:

Une figurine doit toujours se trouver à moins de 2 pas d’une autre. Si votre unité contient strictement plus de 5 figurines, les figurines doivent se trouver à 2 pas de 2 figurines. Outre l’effet de faire disparaitre les cordons disgracieux qui traversaient la table,  cette règle implique aussi d’investir plus de points pour contrôler une zone  car votre emprise au sol est moins importante. Donc de faire des choix. (Et heureusement que la table est plus petite…)

Un autre exemple  vient des décors. J’avoue avoir été dubitatif quand les designers ont parlé de changements dessus. Ajouter des capacités aux décors quand les fiches techniques sont déjà bien compliquées ne paraissait pas une bonne idée mais en fait, les règles sont très faciles à retenir car elles sont proches de ce qu’est le décor sur la table. Elles semblent là pour confirmer le décor en quelque sorte. Pour décrire un élément de terrain, la V9 utilise une catégorie qui vous expliquera comment bénéficier de ses bonus et des capacités qui décriront les bonus. 5 catégories différentes allant du bâtiment à l’obstacle simple (qui font le tour de ce qu’on a à la boutique…) sont données et 4 bonus majeurs: cacher la ligne de vue, +1 en sauvegarde contre le tir, +1 en sauvegarde au corps à corps et -1 en tir. Une foret ne bloquera pas la ligne de vue mais donnera un -1 au tir, qu’elle soit d’arbres ou  d’éléments industriels. Cette diversité d’effets donne du relief à la table et ils sont suffisamment peu nombreux pour être facile à retenir…

Ces exemples montrent ce que cherche à faire Games Workshop avec cette édition: Assainir le jeu. Oui, c’est le même corpus de règles, oui, ce sont les mêmes fiches techniques. Mais vous n’aurez pas le droit DDE faire n’importe quoi avec et vous aurez un jeu qui raconte quelque chose de plus cohérent.

Et sur la table?

Venons-en au fait: quand on pose les figurines sur la table, comment cela se passe?

Déjà le début de partie est plus long. Entre le choix des objectifs secondaires que les scénarios demandent et l’aspect tactique du déploiement alterné, vous allez devoir réfléchir. Beaucoup plus réfléchir et cela prend du temps, déjà pour attraper le bon décor mais aussi pour voir le bon adversaire en face. C’est cela qui justifie pleinement le passage de 6/7 tours aléatoires a 5 tours fixes…

Ensuite, le jeu demande de faire des choix plus tranchés: Comme le contrôle d’un objectif est validé au début de votre tour suivant, il faut investir pour prendre un objectif. Il n’est plus possible de se lancer la fleur au fusil, il faut un plan. Vous trouverez là une reconversion intéressante pour les cordons qui se masseront autour d’un objectif et encaisseront pour protéger une 2eme unité. Ou pour un véhicule de transport qui saura ainsi bloquer un passage un peu étroit.

La table plus petite a un effet considérable sur le jeu. Les armées qui utilisent beaucoup de figurines (orks, démons,…) auront besoin de place et vont devoir se servir de réserves stratégiques. Elles créeront des vagues d’assaut qui changent profondément la façon de jouer horde. Les armées d’élite devront quant à elles bien étudier le terrain pour profiter du moindre bonus et se protéger efficacement.

Enfin,  votre première partie sera plus longue. Sans s’en rendre compte, les joueurs ont pris des habitudes de jeux qui dépassent parfois les règles. Certains placent leurs unités en ligne instinctivement, font leurs tirs dans un ordre particulier ou chargent prudemment pour éviter le contre-tir. Tout cela vole en éclat et demande de se refaire une façon de jouer. La V9 est suffisamment différente pour que votre jeu change….

Au fond:

En conclusion, j’avoue avoir été décontenancé par la lecture du livre et la première partie. Les changements sont minimes mais efficaces. Ils sont juste le contre à un abus de règles, à une interprétation douteuse ou à un manque de clarté dans la rédaction. Certes, cela rend le livre assez indigeste mais en avançant par étapes, en commençant par les règles en ligne et juste quelques fiches techniques, puis en ajoutant les allégeances et les stratagèmes, vous arriverez à rentrer dans une version du jeu qui, ma foi, se présente comme une réussite. Oui, oui, vous pouvez venir tester à la boutique, la table vous attend…