Devant la prolifération des sorties chez Games Workshop, il est surprenant de voir apparaitre des news de jeux qu’on pensait marginaux. Parmi eux, Adeptus Titanicus est le roi, puisque la boite de base étant à 230 euros le jour de sa sortie en plein mois d’aout d’il y a quasi 2 ans. Alors que se prépare la sortie d’un 4eme supplément de campagne, voilà l’occasion de faire le point sur ce mastodonte de jeu de figurines et de voir ce que devient le jeu…

Un système équilibré :

Adeptus Titanicus est un jeu de figurines dont le but est de reproduire des combats entre titans pendant l’hérésie d’Horus. Les parties durent autour de 2 à 3h et comprennent en général une dizaine de figurines par camps allant du simple chevalier (taille d’un marines…) à un imposant titan Warlord (bcp plus grand…), ce qui fait que le jeu aura l’aspect d’un jeu d’escarmouche, mais … titanesque.

Commençons par faire le point sur la base du jeu : son système. Chaque armée aura des objectifs à remplir pendant les 4 à 6 tours de la partie. Chaque tour se jouera en activation alternée pour les  5 phases. La phase de stratégie permettra de déterminer l’initiative puis en alternant, chaque joueur pourra choisir une figurine et lui donner un ordre jusqu’à ce que toutes les figurines l’ait reçu. Un ordre n’est pas automatique, il demande un jet de dé et généralement, soit il renforce les actions d’une phase, soit il permet d’interrompre une phase par une action qui ne peuvent être fait normalement. Par exemple, First Fire permet à un titan de tirer au lieu de bouger. La phase de mouvement permet de bouger les titans en respectant des règles de manœuvres simples mais narratives alors que la phase de Réparation donne la possibilité de les… réparer. S’ensuit la phase d’attaque pour tirer ou frapper un titan adverse et la phase de fin qui permet de marquer des points, de résoudre des effets comme les incendies…

La force du système vient de l’équilibre qu’il faut avoir entre le jeu de figurines pur et la gestion des ressources de chaque titan. En effet, il est possible de booster chaque action d’un titan en abusant de son moteur à plasma. Mais cela ne se fait pas sans conséquence et peut entrainer une surchauffe du moteur qui peut endommager sérieusement votre machine, pire vous en faire perdre le contrôle. Tout pouvant être littéralement boosté du mouvement, des virages, des attaques où certaines armes nécessitent de pousser le moteur, ce sont des choix fins qui auront des conséquences parfois funestes sur la partie…

Une gamme de titans  étendue:

Depuis la sortie originale, le jeu s’est étoffé d’une gamme de figurines complète qui commence à avoir un nombre important de référence.

La plus grosse pièce et le plus célèbre titan est sans le Warlord. Immense kit,  assez modulable, c’est, à mon avis, l’une des plus belles figurines de Games Workshop. Très résistante, d’une manœuvrabilité douteuse, il s’agit d’une plateforme de tir, même s’il existe une configuration de corps à corps. Ce n’est vraiment pas son rôle tant les options de tirs différents sont nombreuses et variées. Les armes de carapaces sont généralement là pour enlever les boucliers comme le lance-missile apocalypse ou la batterie de bolters vulcain alors que les armes sur les bras sont plus pour directement attaquer la carcasse du titan. Le canon Volcano, malgré sa demande d’énergie importante, fait des dégâts impressionnants, alors que l’annihilateur à plasma va plutôt chercher à frapper des cibles déjà affaiblies. Attention à la paire d’armes qu’il possède quand vous l’achetez, en général, elle varie…

Le Reaver est une version plus petite mais pas moins dangereuse. C’est un compromis entre le mouvement et l’attaque. Car lui, il peut être équipé corps à corps et être efficace. Il a accès aux mêmes armes que le Warlord, souvent dans des versions un peu moins fortes. Je ne peux vous conseiller une forme meilleure qu’une autre, tout dépend du rôle que vous allez lui assigner dans votre compo. Je vous conseille juste de bien choisir son équipement en adéquation avec ce rôle.

Le Warbringer Nemesis est le dernier des titans sortis. C’est une plateforme de tir sur un reaver, un peu mieux protégé. Si les armes de bras ne changent pas d’un autre Reaver, son arme de carapace est néanmoins plus impressionnante : un canon Volcano ou un canon Sismique, 2 armes avec qu’une grosse force et des aires d’effets… il ne fait pas rire.

Le warhound est le plus petit titan, très maniable mais moins puissant que ses camarades. Il aura un rôle de chasseur mais il faudra bien déterminer sa cible quand vous ferez votre liste. Va-t-il chasser les chevaliers et protéger vos plus grosses machines ? Va-t-il harceler les autres titans pour donner une cible différente ou pour caler un tir dévastateur sous les boucliers en se rapprochant ? Faites bien attention dans tous les cas car il peut se faire désosser rapidement et il ne peut pas pousser son moteur autant que les autres.

Mais les titans ne sont pas les seules machines dans l’univers d’Adeptus Titanicus…

Une gamme de chevaliers sur mesure :

A côté des immenses titans, vous pourrez aligner dans vos armées des nuées de chevaliers pouvant remplir des rôles bien différents. Ces figurines sont de la taille d’un marines et se montent quasiment comme les chevaliers de 40k. On a l’impression d’un modèle réduit tellement la figurine est fidèle. Généralement, elles seront jouées par groupe allant de 2 à 6, même si l’Acastus peut être seul. En jeu, un chevalier n’est pas limité dans son mouvement comme les titans mais en contrepartie, il n’a pas de système de boucliers aussi efficace qu’eux et d’armes aussi puissantes.

Le Questoris est le modèle de chevalier le plus courant, et le moins cher. Joué par unité de 3 à 6, ils ont un rôle très tactique de contrôle des objectifs, cherchant au maximum les couverts. Il existe une version  armée de canons à fusion qui en se glissant sous les boucliers et en s’approchant assez près peut faire du dégât mais cela tient plus du commando suicide que de la stratégie. A noter que les derniers  Questoris sortis sont équipés d’armes de carapaces, ce qui n’était pas le cas des premiers.

Le Cerastus est une version plus mobile que le Questoris, de taille plus élancée. La version sortie actuellement est armée d’un bouclier et d’une lance capable de faire très mal, mais alors très mal au corps à corps. Une version de tir a été annoncée et devrait sortir dans les mois à venir…

Enfin l’Acastus. Son profil tient de la poésie. Il s’agit d’une plateforme de tir, lourdement blindée qui peut faire énormément de dégâts tant ses canons lasers sont bons. Trop fort à sa sortie, il a été faqué assez rapidement pour limiter sa présence sur les champs de batailles. S’il fait un peu doublon avec les plus gros titans, c’est parce que son rôle est d’appuyer une armée constituée uniquement de chevaliers. Oui, il est possible de sortir une armée que de chevaliers…

Une gamme de suppléments étendue :

Depuis la sortie du jeu, 3 suppléments sont sortis. Chaque supplément décrit un des conflits majeurs de l’hérésie d’Horus et apportent son lot de règles spéciales permettant de jouer les grandes batailles de cette période. En plus d’un background complet, vous retrouverez des règles pour jouer sur les planètes concernées, avec une dizaine de scénarios différents mais pas seulement.

Chaque armée va pouvoir faire des choix quand elle est créée. La base d’une liste est la Manipule, une formation qui va servir de colonne vertébrale à votre armée. Elle est composée d’un certain nombre de choix obligatoire de titans et en contrepartie, elle vous donne un bonus particulier. Par exemple, la Manipule Axiom demande de prendre 1 warlord, 1 Reaver, 1 Warhound et vous donne la possibilité de relancer vos jets d’ordre. C’est sans doute la manipule la plus polyvalente. Autre exemple, La Venator demande de prendre 1 Reaver et 2 warhounds mais vous permet de faire un tir gratuit avec le Reaver si les Warhound détruisent les boucliers d’un titan. En tout, vous avez 14 manipules différentes sont disponibles…

Autre façon de typer son armée, c’est de lui choisir une légion d’appartenance. Il s’agit d’un ensemble de choix, de restrictions et de bonus bien entendu.  La legio Gryphonicus peut par exemple choisir un titan adverse en début de partie et en faire une cible alors que la Legio Vulpa augmente sa caractéristique de corps à corps quand elle est à côté d’un ennemi…  En tout 11 légions loyalistes et 10 légions hérétiques,  ce qui donne pas mal de possibilités de jeux somme toute.

A noter que tout cela est disponible sur le net (en anglais désolé…), mais que chaque supplément a sa petite particularité intéressante :

_ Titan Death décrit la campagne de Beta-Garmon et propose un système de campagne simple permettant de faire évoluer ses titans.

_The Doom of Molech reprend la campagne de Molech et donne les règles permettant de jouer des armées uniquement composées de chevaliers.

_ Shadow and Iron permet de jouer la croisade de Fer centrée autour de la trahison à Calth et met à jour le système de scénario en étendant les objectifs possibles, ainsi que les règles de campagnes détaillées avant. Ce supplément apporte aussi des règles pour jouer des titans… Psykers.

Enfin, un 4ème supplément est prévu pour dans les prochains mois autour de la bataille de Ryza…

Conclusion :

Voici une description quasi complète de ce qui est forme la gamme Adeptus Titanicus. Il existe encore d’autres sorties plus mineures comme des personnages Titans, célèbres ou infâmes en fonction de leur camp, donnant encore plus de possibilités à un système stable, efficace et extrêmement tactique. Je dois avouer que j’ai un petit faible pour ce jeu, la gamme est superbe, le matériel est excellent. Je ne peux que vous conseiller de passer à la boutique pour le tester…