Les équipements

Les options auxquelles ont accès les Irlandais sont nombreuses.

Leur Seigneur et leurs Gardes peuvent, au choix, être équipés de javelots, de haches danoises ou de chevaux.

Leurs Guerriers sont équipés de javelots.

Leurs Levées peuvent être équipées de frondes ou de javelots.

À cela viennent s’ajouter deux unités spécifiques aux Irlandais : les chiens et les Curaidh. Une unique unité de Guerriers peut être améliorée (si je puis dire…) en Chiens, auquel cas elle perd ses javelots et bénéficie d’un mouvement en charge accrue qui n’est pas réduit par les terrains. Les Curaidh sont des Héros qui se battent en tant que figurines indépendantes ; ils sont équipés de la même manière que le Seigneur de la bande.

 

Le plateau irlandais

Les Irlandais, comme les Gallois, sont une faction de harcèlement. Cet état de fait entraîne donc immanquablement une comparaison entre ces deux factions. Toutefois, l’articulation de ces deux plateaux est radicalement différente : là où les Gallois mettent l’accent sur la mobilité et sur la multiplication des activations, les Irlandais sont plutôt portés sur le tir et la défense. Ils ne disposent que d’une seule capacité d’Activation, À l’ancienne — qui est par ailleurs très utile. Elle vous permet d’activer avec un dé simple autant d’unités de Guerriers ou Levées que vous avez de Héros (généralement 3, le Seigneur et les deux Curaidh).

Au contraire des Gallois, qui excellent en attaque, mais disposent d’une capacité de défense très limitée, les Irlandais disposent de quatre capacités de défense efficaces. L’une d’entre elles, L’heure de vérité, empêche l’utilisation des capacités de corps-à-corps ou de tir : elle sera donc fort efficace contre des adversaires jouant sur des enchaînements de capacités, comme les Vikings ou les Hiberno-nordiques. Deux autres de ces capacités nécessitent que votre unité soit située dans un terrain accidenté. Vous devrez donc, lors de l’étape du placement des décors, essayer de maximiser le nombre d’éléments de terrain accidentés sur la table : la survie de vos troupes en dépend ! Vous y serez d’autant plus enclin qu’une troisième capacité, Fils de Dana, requiert la présence d’un élément de décor ; elle permet d’effectuer un tir sur une unité ennemie à proximité pendant le tour de l’adversaire. Voilà qui devrait dissuader votre adversaire de s’approcher des terrains.

Vous disposez en outre de deux puissantes capacités de tir : Sidh, qui vous permet d’effectuer un tir sans infliger de perte afin d’obtenir un bonus sur les tirs suivants, et Fir Bolg, qui est particulièrement efficace si vous l’utilisez avec un symbole cerf : vous gagnez 3 dés d’attaque et le cerf rend vos résultats de 6 ou plus encore plus mortels.

Enfin, les deux dernières capacités du plateau apportent des bonus au corps-à-corps à votre Seigneur et à vos Curaidh : toutes deux améliorent leur règle Résistance, et la deuxième, Sève d’Irlande, inflige en outre des touches automatiques.

Vous aurez donc remarqué qu’à part avec Sève d’Irlande, vous n’avez aucun bonus au corps-à-corps : vous devrez donc compter sur vos tirs et sur le bonus en charge de vos javelots pour infliger des pertes. Il faudra également vous assurer d’avoir une ou deux grosses unités de Guerriers afin d’avoir un volume d’attaques suffisant afin de compenser le manque de capacités offensives. Utilisez aussi au mieux vos Héros pour affaiblir les unités ennemies.

 

Composer sa bande

Pour commencer, quitte à jouer un plateau, autant adopter ses spécificités : prenez des Curaidh. Cela vous coûte un point pour deux figurines ; leur seul défaut est qu’elles ne génèrent pas de dé Saga. Pour compenser cela, vous devrez recruter un grand nombre d’unités, et donc éviter l’unité de 8 Gardes, qui immobiliserait encore un dé Saga. Vous pouvez prendre une Levée, puisque la faction joue beaucoup sur le tir. Comme vous ne manquerez pas de javelots, il peut être judicieux de prendre des Levées avec frondes afin d’avoir un peu de tir à longue portée. Pour compléter les points restants, vous pouvez choisir de prendre 4 points de Guerriers ; vous pouvez sinon choisir 3 Guerriers et 1 Garde pour avoir une unité de Gardes en réserve et des gardes du corps pour votre Seigneur.

L’équipement du Seigneur et des Curaidh dépend de vos préférences. L’option montée est intéressante : elle leur permet de conserver leur armure normale au corps-à-corps et leur donne une distance de mouvement supérieure, leur permettant de frapper où il faut quand il faut. En contrepartie, ils ne pourront pas entrer dans les terrains — du moins ils seront fortement pénalisés s’ils le font. Vous devrez donc adapter le placement des décors en conséquence. L’option javelots est la plus polyvalente : vos héros vous apporteront ainsi des tirs supplémentaires gratuits grâce à leur Détermination (qui permet de s’activer gratuitement), et ils bénéficieront d’un bonus à leurs dés d’attaque s’ils chargent. Enfin, la hache danoise a aussi un intérêt : vous aurez le même bonus en attaque que les javelots et en bénéficierez aussi en défense, en échange de la perte du tir. Cette option paraît à première vue la moins intéressante, mais elle peut se révéler utile si la table est surchargée d’éléments de terrain (si vous affrontez un cousin gallois par exemple), ce qui rend l’option montée inintéressante et les tirs de javelot des héros peu efficace (ou si vous ne comptez pas tirer, mais envoyer vos héros dans la mêlée). Allez donc déloger un Seigneur irlandais avec hache danoise qui se cache dans un terrain rocailleux !

Enfin, chiens ou pas chiens ? À mon avis, cela dépend du reste de votre composition. Si vous n’avez pas pris de Levées et/ou que vos Curaidh sont montés, vous disposerez déjà de moyen pour effectuer des charges à L. Vous aurez alors plutôt besoin de tir, et vous pourrez donc vous en passer au profit de Guerriers équipés de javelots. Dans le cas contraire, la Levée et les Héros avec javelots vous apporteront suffisamment de tirs, vous pourrez donc sacrifier une unité de javelots pour gagner de la mobilité. C’est à vous de voir en fonction de la composition de votre bande et de votre plan de bataille.

 

Les Légendes

Les Irlandais ont accès à deux Héros légendaires, le célèbre roi Brian Borù et son frère Ulf la Terreur.

Brian Borù est une exception : c’est le seul Héros de cet univers à ne coûter aucun point. Et pour cause : agressivité minable, armure réduite, perte de presque toutes les règles spéciales dont bénéficient les Seigneurs. En contrepartie, il donne la règle Détermination à toutes les unités de votre bande. Vous aurez donc une activation gratuite pour chacune de vos unités, ce qui vous laissera autant de dés Saga à utiliser pour des bonus au tir ou des capacités de défense.

Ulf la Terreur, au contraire, est une brute au corps-à-corps. Caractéristiques améliorées, perte de toutes les règles spéciales qui accompagnent les Seigneurs, vous ne le prenez pas pour faire dans la dentelle. Ah, et il inflige une pénalité à toutes les unités ennemies chaque fois qu’il élimine une unité au corps-à-corps. Après tout, il est censé avoir attaché le chef viking Brodir à un arbre avec ses propres entrailles : voilà qui frappe les esprits ! Gare cependant, lui-même est très vulnérable : il ne bénéficie ni de Résistance ni de Gardes du corps ; fort heureusement, son armure accrue combinée avec les capacités défensives du plateau devrait aider à le garder en vie. Il ne peut être joué que si votre bande est menée par Brian Borù, ce qui signifie que votre bande contiendra deux figurines très vulnérables qui rapporteront de nombreux points de victoire à votre adversaire s’il parvient à les éliminer. Attention donc au placement de vos unités !

 

En résumé

Forces de la faction :

  •          Bonne puissance au tir
  •          Bonnes capacités défensives
  •          Exploitation des terrains à votre avantage
  •          Les Curaidh, deux Héros pour accompagner votre Seigneur au combat

Faiblesses :

  •          Pas de capacités offensives, vous devrez compter uniquement sur le nombre et sur le bonus en charge accordé par les javelots
  •          Une armure réduite sur tout le monde ou presque
  •          Dépendance au placement des décors (moins problématique en V2 qu’en V1 cependant)