Avec l’accord de Warlord Games, voici la traduction de leur article de blog parlant de du kit de maison forte de Sarissa, pour Bolt Action de Warlord Games

Article écrit par le studio web de Warlord Games

Pour compléter notre couverture des différentes forces disponibles dans Cruel Seas, voici un aperçu de la Flotte Russe et de la gamme de petites embarcations inhabituelles qui ont combattu sur les lacs finlandais et le long du littoral de la mer Noire.

 

 

 

LA FLOTTE ROUGE

La Russie a mené le monde dans tous les domaines du développement militaire. Ses énormes armées de blindés et ses excellents chars d’assaut ont été un choc énorme pour les nazis en 1941. La Russie a été le premier pays à compter une importante force de parachutistes. En 1941, elle pouvait également se vanter de posséder la plus grande flotte de sous-marins du monde.

Malgré la confiance accordée à leur immense flotte de sous-marins, ceux ci ont donné de piètres résultats, en tout cas par rapport à la flotte américaine ou allemande. Leurs 277 sous-marins ont réussi à couler 191 navires pendant la guerre d’hiver et la guerre qui a suivi avec l’Allemagne et le Japon. Ils ont également dû en endommager beaucoup d’autres, mais c’est au prix de 101 de leurs propres sous-marins perdus, un prix très lourd.

 

BRONIROVANNYJ

Les petits navires et bateaux de la flotte soviétiques étaient présents sous de nombreuses formes et tailles. Une classe commune, dont plus de 350 mis en service, était le petit navire de garde MO. Il représentait Malys Okhotnik, ou « petit chasseur » et a reçu le surnom de « Moshka » ou fly. Ces navires utiles ont été principalement construits pour le travail anti-sous-marin, mais comme la plupart des autres marines, ils ont rapidement trouvé des rôles supplémentaires pour eux: mitraillage et balayage, patrouille de convoi et même soutien aux opérations au sol.

 

 

Une vedette-torpilleur soviétique D-3.

 

Ils pesaient 56 tonnes, pouvaient faire 26 nœuds et avaient un équipage de 22 hommes. Leur armement offensif consistait en des changements de profondeur pour la guerre A / S et à 2 canons principaux simples de 45 mm et au moins 2 mitrailleuses lourdes, DSLK de 12,7 mm.

C’étaient des petits bateaux solides, en bois, mais fortement compartimentés, assurant une bonne capacité de survie s’ils étaient percés.

Une version plus récente a été construite à Léningrad avec une armure en acier de 12 mm. Les russes ont remplacé l’un des canons de 45 mm par un canon antiaérien de 37 mm de diamètre 70k.

48 de cette version, «BMO» ont été lancés, le «B» désignant bronirovannyj (blindé).

 

Les Soviétiques utilisaient des embarcations capturées et recyclaient des VTT britanniques et américains qui étaient utilisés dans leurs flottilles légères. Leurs efforts locaux ont toutefois permis de produire les vedettes torpilles légères G-5. Ils ont construit des dizaines de ces bateaux en aluminium, un matériau vulnérable à l’eau salée. Ils étaient petits et initialement pas très rapides, mais les modèles ultérieurs pesaient 16 tonnes et pouvaient supporter 38 nœuds. Les modèles ultérieurs pouvaient même atteindre des vitesses allant de 40 à 48 nœuds s’ils étaient bien entretenus. Ils avaient un moteur à essence et la série tardive, pouvait même aller jusqu’à 53 nœuds!

 

 

Une vedette-torpilleur soviétique G-5.

 

Leur arme principale était deux torpilles lancées à la poupe, ce qui était rare pendant la Seconde Guerre mondiale. Contrairement à la plupart des autres pays, les bateaux ne portaient pas de canon mais étaient armés d’une mitrailleuse de 12,7 mm et normalement de deux MMG de 7,62 mm.

 

BRONEKATERS

Les Russes ont également mis au point un type d’embarcation fluviale et estuaire très particulier. Il s’agissait des rivières blindées ou Bronekater des catégories 1124 et 1125.

 

 

Un Bronekater soviétique prêt à l’action. Notez-le lance-roquettes multiple Katyusha installé à la poupe.

 

Ces embarcations à faible tirant d’eau, ne tirant que 2 pieds d’eau, pouvaient pénétrer dans les réseaux hydrographiques et les lacs, et même être déplacées par chemin de fer et par camion vers de nouveaux endroits. Certaines comportaient de nombreuses tourelles blindées, comme des tourelles de T34, et encore une fois, elles s’équipaient souvent de rails pour les lanceurs Katyusha.

 

C’étaient des petits bateaux robustes capables de recevoir et de distribuer des punitions, bien que leur équipage soit réduit et leur embarcation lente et pauvre en eau profonde.

 

LA MARINE SOVIETIQUE DANS LES MER CRUELLES

La marine soviétique n’est donc pas une flotte glamour pour le joueur. C’est plutôt une affaire solide et peu sophistiquée, sans radar, peu de radio, peu de canons automatiques ou d’autres perfectionnements. Comme toujours avec les forces russes, la quantité a une qualité qui lui est propre. Votre meilleure tactique consiste à approcher rapidement, à torpiller votre cible et à vous échapper rapidement, car vous risquez de subir beaucoup de dégâts du fait d’un tir de canon concentré. Utilisez les bateaux MO pour vous soutenir, utilisez les champs de mines pour vous cacher et, si désespéré, utilisez la menace de vos lanceurs  Katyusha, meme si elle est inexacte! URRAH!

 

La flotte de la marine soviétique contient:

 

4 x G5 VTT (métal)

4 x D3 VTT (métal)

2 x Bronekaters (métal)

1 x dragueur de mines Fugas (résine et métal)

1 x Il-2 Sturmovik (métal)

Cartes de navire

Marqueurs de torpilles en plastique

Si vous voulez commencez une flotte italienne pour Cruels Seas, cliquez sur l’image ci dessous afin de revenir à la catégorie dédiée