Warmachine permet une très grande souplesse dans la construction de la liste d’armée. Pas de schéma d’armée, d’innombrables références à disposition, des combinaisons à foison, les possibilités sont quasi-infinies. Revers de la monnaie, c’est facile de se perdre dans tout ce choix ! Voici donc quelques pistes pour vous aider à construire votre armée, en commençant par le choix du warcaster.

Le warcaster/warlock

Une liste d’armée tourne toujours autour d’un warcaster/warlock. Le choix de votre général va définir les unités que vous allez pouvoir/devoir jouer, ainsi que le style de jeu que vous allez développer. Il est donc important de savoir reconnaître les différents types de warcaster. Notez qu’il est rare qu’un warcaster n’appartienne qu’à une seule catégorie. Il s’agit plutôt d’une ou plusieurs tendances dominantes. il n’est pas rare par exemple qu’un Warcaster soit de type Bourrin et killcast, et qu’un autre soit de debuff et contrôle.

Le Bourrin Solitaire : C’est sûrement le plus facile à reconnaître. C’est le perso capable d’arracher toute l’armée adverse à lui tout seul. Il dispose généralement de caractéristiques offensives et défensives très élevées, c’est à dire une bonne ACC, DEF et ARM, ainsi que d’une arme avec un PUI gigantesque. Il aura aussi des sorts le boostant lui, et assez peu son armée. Ces warcaster utilisent généralement leur armée comme une distraction, au mieux comme un gilet pare-balle. Vous choisirez donc des unités qui peuvent se débrouiller toute seule, et généralement des solos qui soutiendront votre général, soit en le boostant, soit en protégeant ses points faibles.

Attention tout de même, votre pièce maîtresse est aussi votre point faible, car elle sera au milieu des lignes adverses. De plus, le game play peut être assez répétitif, et vous ne bénificierez pas de toutes les synérgies propres à warmachine et hordes.

Exemple : Le Boucher III, Venenthrax, Makeda III

Le warcaster de soutien : C’est le géneral qui va améliorer vos unités, en leur donnant des bonus défensifs ou/et offensifs. C’est généralement les warcasters les plus faciles à utiliser. Etant donné qu’ils lancent leur sort sur leurs amis, ils passent automatiquement les sorts et n’ont pas besoin de se ballader en première ligne. Par conséquent, il est souvent fragile, vous devrez donc faire attention aux menaces de killcast à distance. 

Certains de ces warcaster auront des affinités particulières avec certains types d’unités. Mortenebra, par exemple, boost énormément les Warjacks, mais n’apporte aucun bonus aux unités d’infanterie. Lisez bien les listes de sorts pour savoir quels types d’unités sont susceptibles d’être joués avec ce caster.

Exemple : Mortenebra, Sorsha, Lord Carver

Le warcaster de débuff : Warcaster plus offensif, il va rendre les unités adverses plus faibles, en baissant leurs caractéristiques. Ils sont un peu plus dur à jouer que les warcaster de soutien, car il va falloir atteindre les adversaire, ce qui implique d’être à portée et de réussir les attaques magiques. Cependant, les sorts de débuffs sont généralement plus puissants, et peuvent rendre inutilisable une unité sans avoir à la tuer. Ils ont souvent une capacité défensive, comme stealth, et/ou la capacité d’atteindre leur cible à distance, comme des arcnods.

Tout comme les warcaster de soutien, ils ont plus ou moins d’affinité avec certaines unités. Cependant, il s’agit souvent d’une affinité envers un type de cible, donc d’un type de liste ennemie. Certains peuvent inliger des malus aux warjacks, alors que d’autres ciblent des beast, ou encore des vivants.

Exemple : Denegrah, Krueger, Asphixious

Le warcaster de contrôle : Pour ma part ce sont les warcaster les plus intéressant à jouer. Il s’agit des warcaster capables de bouger les figurines adverses, de les faire frapper, ou encore de faire apparaitre des éléments de décors. Ces warcasters ont leur raison de vivre grâce aux scénarios, et à certaines unités spéciales. Les warcasters ayant télékinesis vont par exemple jouer des figurines capables d’avoir des bonus en attaquant de dos. Ces warcasters permettent de déployer les règles les plus fines de warmachine, principalement les powers attacks. Ils nécessitent une très bonne maîtrise des règles.

Utiliser ces warcaster permet d’apprendre énormément du jeu, et sont souvent très puissant, mais ils demandent pas mal d’entrainement avant de pouvoir maîtriser totalement leur plein potentiel.

Exemple : Krueger, Hexeris, Jaga-jaga

Le warcaster de killcast : Ces casters sont spécialisés dans la destruction de leurs homologues. Généralement, ils vont offrir des capacités qui inhiberont les défenses de l’adversaire, et en donnant un coup de pouce aux unités capables de tuer un caster. Ce sont généralement des warcaster quit ou double, car ils peuvent finir la partie en deux tours, dans un sens comme un autre. Quand on débute on est très tenté de jouer ce genre de caster, car on peut renverser la partie à n’importe quel moment. C’est aussi un excellent entrainement de jouer contre, ça permet d’apprendre à protéger son warcaster !

Attention tout de même à ne pas s’enfermer dans ce style de jeu !

Exemple : Caine, Stryker II, Garryth.

Le warcaster d’attrition : Les warcasters d’attrition jouent sur le fait que l’armée adverse mourra plus rapidement que la sienne. Ils sont l’opposé des casters de killcast. Ils ont généralement la capacité de faire revenir à la vie des unités mortes, regénérer les blessures, ou encore de faire jouer plus de fois ses unités, ou moins celles de son adversaire. D’autres augmentent juste la résistance de leurs unités, ou la quantité de morts qu’une figurine peut faire.

Dans tous les cas, une armée d’attrition est celle qui tient mieux la distance. Par contre, il faut faire des placements judicieux, car il est facile de s’enmêler les pinceaux avec autant de figurines sur la table !

Exemple : Morvana II, Xerxis, Haley

Voilà, la prochaine fois on verra comment choisir les warjacks/beast, ainsi que les autres unités !

Ezek