Age of sigmar est enfin arrivé ! La nouvelle version tant attendue de Warhammer est enfin disponible, et n’en déplaise aux éternels râleurs du « c’était mieux avant », le jeu est excellent !
Tout d’abord, oubliez tout ce que vous connaissiez des jeux games workshop, celui-ci est totalement inédit. Alors quoi de neuf dans le royaume de Sigmar ?


Le système de jeu


4 pages de règles.

Premières réactions, comment faire un jeu de stratégie viable avec si peu de règles ? Rappelez-vous que le jeu de go ne possède que 3 lignes de règles, et les échecs tiennent en moins d’une page. Le système a été épuré des règles compliqués, de ses nombreux tableaux, et surtout toutes les règles spéciales ont été ajoutées sur les fiches d’unités. En résumé, les règles énoncent les phases de jeu, ce que vous pouvez faire pendant celles-ci. Pas besoin de plus.
Les warscrolls comprennent la description de vos unités, leurs régles spéciales, ainsi que leurs caractéristiques, qui sont pour la plupart les résultats à faire pour réussir vos actions. Un liberator aura par exemple 2 attaques, qui touchent à 4+ et blessent à 3+. Simple et efficace.
Les règles d’engagements sont les plus subtils, et prennent beaucoup d’éléments des jeux Saga et Warmachine. Les figurines peuvent ainsi taper à une certaine distance, pas forcément au contact. Une fois les mêlées engagées, vos placements deviennent extrêmement importants, et une erreur devient vite tragique…

Les listes d’armées


Simple, vous jouez ce que vous voulez. Un système vous permet d’avoir des conditions de victoire plus simples si vous êtes en sous-nombre. Malgré tout, les règles de déploiement d’armée ne sont pas assez équilibrées, surtout si vous cherchez l’optimisation. Le point positif c’est qu’il est très simple de rééquilibrer les règles de construction d’armée. Dans le prochain article, je vous présenterai les restrictions de tournoi que nous avons créé après avoir testé plusieurs fois les nouvelles règles.

L’accessibilité


Etant donné la longueur des règles, il est très facile de se plonger rapidement dans la bataille, et même les non initiés apprendront à jouer dès leur première partie. C’est un des points les plus importants du jeu, car entrer dans un jeu de figurine demande en règle général un investissement de temps important, ne serait-ce que pour lire les règles, et encore plus pour vraiment les assimiler. A l’ère d’internet où tout est fait pour vous faire économiser du temps et pour vous mâcher le boulot, le jeu de figurine demande trop d’effort pour certains, particulièrement les plus jeunes. Or une simple feuille double est rapide à lire et à assimiler. De même, poser des figurines et jouer sans avoir à compter des points est un soulagement pour beaucoup. Ainsi, le jeu a de quoi conquérir un public jusque-là réfractaire.

C’est free, ils ont tout compris


Autre frein au jeu, l’investissement monétaire. Pour pouvoir jouer, il fallait un livre de règle et deux livres d’armées. Soit près de 140 euros, et on a toujours pas de figurines… Maintenant, vous n’avez qu’à payer les figurines, et jouer. Et même une bataille avec une quinzaine de figurines de chaque côté sera stratégiquement intéressante et fun !
Vous pouvez maintenant étudier toutes les armées et décider de ce que vous allez jouer sans dépenser 400 euros en librairie. Le budget pour jouer est donc presque divisé par deux, voire plus selon le format de jeu.
En bref, d’excellentes règles, un matériel de jeu gratuit, mais un besoin d’équilibrage maison nécessaire. Je vous laisse, une nuit blanche de tests m’attend ! Je suis trop vieux pour ces conneries…


Points forts :


-Un système de jeu simple mais pas simpliste
-prise en main immédiate
-règles et profils gratuits
-pas besoin de listes d’armée
-pleins de combos
-on peut jouer les figurines que l’on veut
-beaucoup de tactiques possibles


Points faibles :


-un fluff pas très développé
-demande un équilibrage « maison », comme ici => http://mobile.hobbyshop.fr/HobbyBlog/news/news-comment-equilibrer-vos-parties-de-age-of-sigmar