Des jeux de figurines, il en existe des dizaines. Sur les pirates, les univers étranges et magiques, le steampunk, dans le futur, dans le passé, des dizaines. Et on annonce encore des nouvelles arrivées de jeux cette année. A croire qu’on en mange. Il est difficile de faire le tri dans ce qui nous conviendrait, ce qui est bon ou mauvais et pourquoi… Pourquoi devriez-vous jouer a Légion, le jeu de figurines? Voila les réponses, où on détaillera un peu le coté tactique, un peu le coté narratif et un peu de tout ce qui fait de ce jeu… une réussite.

 

Résumé de l’article précédent: Dans le 1er article, nous avons vu que Légion se jouait en tour de 3 phases dont le coeur est la phase d’activation pendant laquelle les unités se déplacent, attaquent, visent ou esquivent. On a vu en particulier qu’un joueur ne choisit pas vraiment l’unité qu’il va activer car le type d’unités qu’il va jouer est tiré au hasard….

 

Une galaxie plus maitrisée qu’on ne le pense…:

            Et j’entends d’ici les joueurs parmi vous qui s’écrient: « Nooooon, une activation au hasard, c’est nuuuuullll!!! » Et en effet, les activations au hasard, c’est pas génial.

            Mais Légion est plus malin: La première phase du tour est la phase de commandement.

            Chaque joueur a des cartes de commandement (7 en fait) qui ont 2 caractéristiques: une initiative et un nombre d’ordre. Au début de cette phase, chaque joueur choisit une carte de sa main et on la révèle en même temps. Celui qui a l’initiative la plus basse commence, il activera la première unité. Mais chaque joueur pourra donner le nombre d’ordres de sa carte: Donner un ordre signifie mettre un pion de rang à coté d’une unité qui se trouve à portée de commandement du chef de l’armée. Ainsi, pendant la phase d’activation, vous avez 2 options: soit vous tirez un type d’unité au hasard, soit  vous jouez une unité avec un pion.

            Ce système pousse le joueur a rester groupé autour de son chef et d’avancer en se soutenant.Ou à envisager une séparation à risque. Pas si hasardeux que ça finalement hein?

D’autant qu’on pioche un type d’unité, donc on pourra toujours s’arranger pour n’avoir qu’un type d’unité dans notre pioche… ça relativise carrément l’aléatoire…

 

Une galaxie avec une histoire:

            L’un des points forts du système de Légion est sa capacité à raconter une histoire. Les différentes possibilités du jeu ne sont pas dues au hasard mais ont un objectif et retranscrivent un élément de l’univers de Star Wars.

            Je vous ai parlé des gabarits de mouvements pour les troupes et on se rend vite compte que les troupes sont très mobiles. Par contre, à cause d’encoches placées sur leurs socles, les véhicules sont plus difficiles à bouger. Ils ne peuvent pas tourner comme il le souhaite ( car les gabarits les contraignent) et ont des mouvements obligatoires. En plus, ils sont limités  par des angles de tir plus restreints. L’ensemble donne une dynamique particulière en fonction du type de figurine que vous jouez.

            Un autre élément est important (même s’il n’est que dans les règles avancées): le moral. Quand une unité se fait tirer dessus, si elle se fait toucher, elle prend en plus un pion de suppression. Au début de son tour, elle peut se rallier par un jet de dé pour se remettre. S’il lui reste des pions d’activations, elle perd une action, trop occupée qu’elle est à se protéger. Les pions de suppression d’ailleurs booste le bonus d’un couvert. Si elle a trop de ces pions, elle panique et fuit.

            Cela donne une texture particulière au jeu, proche des jeux des années fin 90. On sent que Fantasy Flight Games sait ce qui marche, n’hésitant pas a aller piocher dans des règles plus anciennes mais éprouvées. Bien sur, le mot d’ordre est de simplifier et FFG a fait attention à placer ses points de règles de façon à retranscrire un univers et des personnages…

 

Une galaxie d’individus haut en couleur… :

            Qui parle d’histoire parle de personnages importants. L’une des réussites du jeu tient dans le rendu des unités sur la table.

            Par exemple, le storm trooper, la troupe de base de l’empire, est une unité polyvalente qui compte sur le nombre pour submerger l’adversaire. Ceux d’entre vous qui ont lu/vu d’autres critiques/vidéos du jeu ont été surpris de voir qu’ils avaient la capacité « Précis 1 ». Quand une unité dépense un pion « Viser » (acquis par l’action idoine), elle peut relancer 2 dés ratés. Précis 1 augmente de 1 le nombre de relances, ce qui veut dire qu’une unité de Storm trooper peut relancer 3 dés au lieu de 2. Sauf que, ils lancent des dés blancs. Ce dé à 8 faces ne possède que 3 faces qui touchent… donc ils ne touchent quand même pas souvent mais lancent beaucoup de dés…

            En comparaison, les soldats rebelles ont la capacité « Esquive1 ». Elle permet de récupérer 1 pion d’esquive que vous venez de dépenser. Les soldats vont avoir tendance à se protéger, à se blottir derrière les couverts et avancer doucement, harcelant l’ennemi de tirs bien placés.

            Parlons d’un chef, Lord Dark Vador… 6 dés rouges (il n’y a qu’une face qui rate  sur ce dé…) pour son sabre laser, le moral n’a pas de prise sur lui et la capacité de renvoyer les tirs sur un adversaire pour chaque défense réussie… Brute de corps à corps, il peut blesser ses alliés pour leur donner des actions supplémentaires. Et il faut parler de ses améliorations. Chaque unité peut en recevoir et gagner outre des capacités, parfois même des figurines en plus. C’est comme cela que sont gérés les armes spéciales, une amélioration permet d’ajouter la figurine correspondante. Pour Vador, vous retrouverez des classiques: repousser une unité ennemi avec la force, lancer son sable laser ou le fameux « choke force » ( une unité à 1 de portée perd 1 point de vie, comme ça, sans jet, sans rien…)

            Je pourrais continuer comme ça avec toutes les figurines de la boite de base…

 

Une galaxie enfermée dans une boite…:

            Parlons de la boite de base, tiens. 33 figurines dont un marcheur léger rebelle, 2 speeder, 2 unités de troupes et 1 chef par camps. Le défaut de ce genre de boite d’initiation est de n’avoir que quelques parties en elle et peu d’évolutions possibles. Ce n’est pas le cas ici, FFG cherchant avant tout à faire un jeu complet plutot qu’une entrée de gamme. Au niveau scénario, 4 différents sont présents mais aussi 4 déploiements et 4 environnements de jeu différents. Soit une soixantaine de parties possibles…  Au niveau des compositions d’armées, 300 points sans option au moins mais on peut monter à 500 avec les améliorations sans souci. Ce format de jeu est le plus interessant avec la boite. (A noter, le jeu est fait pour jouer a 800 points…)

            Pas de souci pour les décors puisque 8 barricades sont fournies et tout ce qui est necessaire en terme de pions, compteur de tour et autres éléments cartonnés…

            Bon… Jusque là, je vous ai présenté les faits. Est ce que ce jeu, cette boite va vous correspondre? Si vous êtes fan de l’univers, aucun souci. Vous pouvez y aller les yeux fermés. Les figurines sont de bonne qualité et vous retrouverez dans un système simple vos personnages préférés. Vous pourrez créer les meilleurs moments des films, avec le gout et l’épique de la saga.

Si vous etes figurinistes, ce jeu va vous surprendre car il rassemble ce qu’il se fait de mieux dans l’industrie en ce moment: Des compos d’armées simples mais expressives avec pleins d’améliorations pour customiser son armée, des petites subtilités, de la microgestion des troupes avec un mouvement libre. Un truc dont ne se vante pas le jeu est le coté compétitif: on sent qu’il y a un équilibre entre les camps et que les règles sont blindées. La sortie d’une version plus complète du livret de règles en informatique est une bonne idée car il peut être assimilé à un living rulebook pouvant se modifier en fonction des problèmes rencontrés par le jeu.

            Ce que j’aime bien? L’interaction entre les troupes et les véhicules, pour certains imposant. Les différences de règles sont subtiles et pour une fois, je trouve une opposition tactique interessante entre une division blindée et des petites unités. J’ai hâte de déployer un AT-TT face à un peloton de rebelles ou de lancer un assaut de speeders sur une ligne de marcheurs rebelles…

 

En conclusion, Légion est un jeu qui brille par sa finesse. Vous avez un savant mélange de nouvelles règles comme de plus anciennes avec un seul et unique but: recréer du mieux possible Star Wars. Si tout n’est pas des plus original, l’ensemble donne un jeu qui vaut le coup d’oeil avec un potentiel certain pour plus. Que vous soyez un joueur exigeant, un habitué des batailles futuristes ou un figuriniste qui cherche un nouveau challenge, vous en aurez pour votre argent avec cette gamme.