Présentation Fallout FFG

               Certaines licences ont une actualité chargée. Bethesda, célèbre éditeur de jeu vidéo, vient d’annoncer la sortie d’un nouvel opus pour FallOut alors que 2 adaptations en jeu de plateau sont promises à une sortie proche. Nous vous avons déjà parlé du jeu de figurines, édité par Modiphius mais il est temps de nous pencher sur une adaptation plus traditionnelle, celle de Fantasy Flight Games. Le jeu a été annoncé il y a déjà quelques temps et, l’ayant vu tourner en convention, voici une petite présentation qui vous donnera envie de sortir de votre bunker…

C’est la guerre

Si vous ne connaissez pas FallOut, voici un rapide rappel des épisodes précédent :

Alors qu’une guerre nucléaire vient d’éclater, vous avez eu le réflexe de vous cacher dans l’un des bunkers… 25 ans après, les portes du bunker s’ouvrent et vous allez pouvoir retrouver une vie… normale…. Les premiers relevés ne sont pas rassurant. L’Homme a utilisé la bombe nucléaire. Vous êtes parmi les seuls survivants. Et vous allez devoir vous en sortir…

Le succès de FallOut vient en partie de l’humour parfois à la limite du noir, bourré de références et  d’un univers riche et travaillé. On se prend très vite de passion pour notre survivant et on suit ses aventures, souvent pas très heureuses. Et c’est ce qu’a essayé de rendre FFG  dans ce jeu de plateau : vous venez de sortir de l’Abri 84. A vous de jouer… 

Que faire dans un univers dévasté ?

               FallOut : The Boardgame est un jeu qui surprendra. C’est un jeu à mi-chemin entre plusieurs types. S’il y a de la gestion, de l’exploration et des combats, c’est avant tout un jeu à histoires. Le but du joueur va être de remplir des  quêtes. Par exemple, votre héros découvre une petite fille et doit la ramener à ses parents. En termes de jeu, vous devez vous rendre sur une case en particulier du plateau et suivre la conclusion.  Chaque quête vous donnera une carte d’agenda qui elle-même vous apportera des points d’influence si vous remplissez certaines conditions. Dès qu’un joueur atteint un certain nombre de points d’influence (dépendant du nombre de joueurs), la partie s’arrête et il a gagné. 

Il faut ajouter à cela que chaque partie aura un scénario qui assurera une mise en place et la disponibilité de certaines quêtes ou de certaines parties du jeu. 

Equipons nous avant de sortir !

               Si on regarde un peu dans la boite de jeu, on se rend compte qu’elle est bien pleine. Vous avez d’abord 5 figurines pour représenter les joueurs, de bonne facture. Le plateau de jeu est constitué de tuiles hexagonales qui sont mises en place aléatoirement en fonction du scénario. Elles forment la partie exploration du jeu, puisqu’elles sont disposées face cachée.  On peut ajouter à cela des plateaux individuels de qualité avec des emplacements malins pour les caractéristiques et autres points de blessures ou expérience à noter.

               Des tokens de toutes formes sont présent aussi, en particulier les monstres sont des tuiles hexagonales qui apparaitront sur le plateau.

                Vous avez aussi toutes  les cartes, de l’équipement comme des bonus de niveaux, et surtout les cartes de quêtes. J’insiste là-dessus car à la première lecture, un détail ne saute pas aux yeux mais il a son importance : Les cartes de quêtes sont numérotées. En fait, on ne pioche pas les quêtes aléatoirement mais elles s’enchaînent de façon logique créant une arborescence d’histoires possibles. Vous ne suivez pas un ensemble d’évènements sans lien mais au contraire, vous avancez dans un univers qui sait ce que vous avez fait pour arriver où vous en êtes et va donc s’adapter à vous…

              

De quoi s’occuper en plein air…

               Maintenant qu’on est équipé, il va falloir y aller. Les joueurs vont jouer à tour jusqu’à ce que l’un d’eux obtienne le nombre de points d’influence nécessaire pour gagner.

               A votre tour, vous pouvez faire 2 actions parmi les 6 suivantes. Vous pouvez faire 2 fois la même si vous voulez, voir même en mixer certaines. Il faut noter que ces actions sont circonstancielles et vous n’aurez pas forcément autant de choix que le cela.

               L’action d’explorer permet de révéler une tuile du plateau non révélée.

               L’action de « Se Déplacer » fera avancer votre figurine sur le plateau. Une action génère 2 points de mouvement et passer d’une case à l’autre coûte un point. Bien entendu, il se peut que certaines terrains soient plus compliqués à traverser que d’autres demandant ainsi plus de points ou infligeant des  dommages à votre personnage. L’originalité ici est que vous pouvez interrompre votre mouvement pour faire votre 2ème action au milieu. Par exemple, vous pouvez bouger d’une case, explorer et re-bouger, si vous avez assez de points.

                Si vous remplissez les conditions d’une quête, certaines vous demanderont d’effectuer une action de quête. Elle permettra de valider que vous avez réussi cette quête.

               Si la case sur laquelle vous vous trouvez possède une icône de rencontres, vous pouvez tenter de piocher dans le paquet de cartes correspondant et voir ce que le sort vous réserve. Vous aurez à vous battre contre des monstres ou négocier avec d’autres survivants. Ce sera souvent représenté par un test de compétences.  Pour cela, il faudra jeter les 3 dés à 6 faces spécialement customisés et obtenir autant de réussites que la difficulté demandée. Vos caractéristiques vous donneront des relances, parfois certains objets pourront vous aider aussi.

               Si vous vous trouvez sur un campement, vous pourrez faire du commerce et du troc avec les autres survivants, vous reposer aussi.

               Enfin dernière action possible : le combat. Si vous êtes sur la même case qu’un ennemi vous pourrez l’attaquer. Le système de combat ressemble un peu au test de compétence à la différence que les réussites ne sont pas comptabilisées de la même manière.  Sur chaque face du dé se trouve une partie du corps et un nombre de point. Chaque point est un dégât pour le joueur, chaque partie du corps une touche pour le monstre. On prend les 3 dés et on les jette. Comme pour les compétences, les caractéristiques et objets vont donner des relances ou des bonus. Une fois le jet effectué, on regarde le nombre de points pour le joueur (ouille !) et on regarde les parties ciblées en fonction des parties vulnérables du monstre, notées sur sa tuile. Si le jet fait assez de touches, le monstre est mort…

               Une fois que chaque joueur a fait une activation, les ennemis peuvent s’activer par une intelligence artificielle facile, à base de cartes et de symboles simples.

               Et ainsi de suite jusqu’à la victoire d’un des joueurs…

Conclusion

               Etrangement, FallOut : The Boardgame, sans être un OVNI, est une petite surprise.  Très proche du jeu vidéo, vous avez tous les ingrédients: de l’exploration, du combat, des rencontres surprenantes et délirantes bien dans l’ambiance de cet univers post-apocalyptique.  Mais surtout, il réussit à incorporer l’idée d’une histoire qui avance et qui se raconte au fur et à mesure. Certaines parties avanceront vers certaines quêtes et vous raconteront leurs histoires à elle. Suivez d’autres quêtes et votre histoire sera différente.

               Concept intéressant réalisé par un éditeur qui connait le métier, ça sent le tout bon cette histoire… 

Guitou