Assez difficile de passer au travers de la nouveauté d’aujourd’hui, on a envoyé Guitou en éclaireur pour qu’il découvre un peu plus d’éléments sur Song of ice and Fire, the miniature game… On ne l’a pas revu… On a retrouvé son article néanmoins et il va faire une petite présentation…

 

C’est Noël et cette année, Edge nous a gâtés en sortant la version française de Song of ice and Fire, the miniature game de Cool Mini or Not (CMON). Situé dans l’univers de la série à succès « Le trône de fer », c’est un jeu de figurines à la façon « Warhammer Battle », avec des unités, des leaders charismatiques et tout ce qu’il faut pour se faire la guerre. Et vous allez voir que ce jeu a du répondant…

 

Une histoire à succès, qui voit grand:

 

Oui oui, je vais vous embêter avec du background même si je ne doute pas que beaucoup le connaissent mieux que moi. L’histoire du « Trône de fer » se situe dans un univers fantastique où des familles s’opposent pour le contrôle d’un continent appelé Westeros. Le jeu cherche à recréer la période dite de « la bataille des 5 rois » où refusant l’autorité du Roi en place, le Lannister Joffrey Ier, plusieurs personnalités vont se proclamer roi ou faire sécession du royaume. Parmi eux, la famille Stark est déterminée à en découdre.

Cela dit, pour les puristes, la boite de base vous permettra de rejouer la bataille du « Whispering Wood », et contient exactement les troupes nécessaires pour l’affrontement. Voir même un peu plus pour ajouter de la densité…

Alors oui, la boite est énorme, mais son contenu l’est tout autant. 103 figurines à limite du 32mn et des plateaux de mouvement espacés pour représenter les unités donnent une amplitude à cette boîte assez exceptionnelle. Je vous invite à venir voir la boite de démonstration à la boutique pour vous rendre compte de la taille de « La Montagne » (et tester le jeu accessoirement!)…

Une mécanique efficace:

Les habitués du jeu à unité ne seront pas surpris par les éléments de base de ce jeu. Une partie commencera par le choix d’un mode, un scénario qui vous indiquera comment disposer votre armée, ses objectifs, etc… Les conditions de victoire seront très différentes d’un mode à l’autre, du contrôle d’objectifs au siège d’un château, en passant par la gestion du moral des troupes.

Le jeu se compose d’un nombre variable de tours, fonction du mode généralement, qui eux-mêmes sont composés de 2 phases: la phase d’activation et la phase d’entretien.

Pendant la phase d’activation, les joueurs vont alternativement choisir une unité et la faire agir. Les actions au choix sont uniquement du mouvement ou du combat, avec plus ou moins de facilité. L’action de Manœuvrer permet par exemple de faire un pivot, de bouger et de refaire un pivot. L’action d’Avancer, quant à elle, permet de bouger 2 fois et de faire un pivot… Pas de Roue compliquée néanmoins, juste des pivots et des mouvements en ligne droite, simple. Efficace.

Le combat est assez clair aussi: Chaque unité a une quantité d’attaque, le nombre de dés qu’elle va lancer en fonction de son nombre de rangs et une valeur d’attaque qui est le résultat à obtenir sur les dés. Le joueur jette les dés, garde ceux qui sont égaux ou plus élevés que la valeur d’attaque. Le défenseur jette 1 dé pour chaque attaque réussie et doit faire plus que sa valeur de défense. Chaque réussite annule une attaque et s’il subit des pertes, il fait un test de moral. Simple aussi non?

La phase d’entretien permet de préparer le prochain tour, compter les points de victoire et de résoudre des capacités spéciales. Rien de surprenant jusque-là…

 

Des tactiques et du non combat:

… Maintenant passons aux originalités. Elles sont au nombre de 2 et elles apportent beaucoup de choses.

Premièrement, Les personnages Non-Combattant. Le Trône de fer est avant tout un univers d’intrigues et CMON a choisi de représenter cela. Chaque armée peut être soutenue par un ou plusieurs personnages non combattant qui interviendra à la cour du Roi pour aider l’armée. En marge de la bataille se trouve le tableau stratégique. Il est composé de 5 cases qui correspondent à des intrigues différentes qui vous donneront des effets différents. Envoyer des renforts dans la bataille, Motiver les troupes à attaquer, permettre de mieux coordonner les actions,  toute une panoplie d’astuces et de ruses s’offrent à vous. Mais ce n’est pas tout car chaque personnage a son truc. En fonction de la case choisie, votre héros pourra donner plus de bonus sous forme de capacité ajoutée à une unité. Par exemple, Cersei Lannister va mettre des malus de morale à une unité ennemie quand elle aidera tactiquement son camp.

Sans en avoir l’air, cette partie du jeu change profondément l’approche de la partie. Déjà parce que les personnages non combattant sont des unités comme les autres doivent être activées comme les autres. Vous voulez votre bonus pour charger l’ennemi? Il va falloir attendre de jouer votre héros sur la bonne case… sera-t-elle encore libre? Votre adversaire en profitera-t-il pour reculer et vous mettre hors de portée de charge?

Deuxièmement, Les Cartes Tactiques. Chaque armée a son paquet de cartes. Il est composé de 7 cartes de sa faction et de 3 cartes propres à son général, le tout en 2 exemplaires pour un total de 20 cartes. À chaque tour, un joueur aura 3 cartes en main (ou plus) et elles lui permettront de réagir à des situations sur le terrain. Chaque carte a un déclencheur, ie quand une unité rate un test de moral, attaque,…, et des effets qui peuvent être des bonus. Par exemple, la carte « La férocité du nord » s’active quand une unité Stark attaque et lui donne des capacités sur l’attaque en cours. Ces bonus sont très malléables et peuvent dépendre de l’état de l’unité ou des cases du tableau stratégique que vous contrôlez.

Tout cela ajoute une belle profondeur au jeu et de la personnalité aux armées. Facile à utiliser, cela n’alourdit pas le jeu et lui donne les éléments narratifs qui pourraient manquer aux plus vétérans d’entre vous.

 

Note: Avant ma conclusion, juste une petite remarque: Eric Lang, l’un des 2 auteurs du jeu, est un designer de jeu de plateau célèbre, dans le milieu du jeu de gestion en particulier. On sent clairement sa patte dans la fluidité de l’ensemble. Et l’idée d’apporter une personnalité dans le milieu de la figurine a clairement bénéficié au jeu, car de par sa simplicité et son thème, il est probable que vous ayez envie de le sortir en famille. Il peut convenir aux jeunes adolescents comme aux vieux briscards, ce qui lui garantit une durée de vie intéressante.

 

En conclusion (donc!), Song of ice and Fire, the miniature game est un jeu facile à prendre en main, modulable et immersif. Intelligemment fait, avec un matériel impressionnant, il tient la comparaison avec les stars du genre, du Seigneur des anneaux de Games Workshop au Star Wars Légion de FFG.   Il arrive à allier la simplicité du premier avec la profondeur du deuxième et garde un équilibre qui permet des parties tendues et endiablées. Une belle réussite.

Amusez vous

Guitou

Et si vous voulez retrouvez tous les produits disponibles pour Le Trone de Fer, le jeu de figurines, cliquez sur l’image ci dessous