Quelques articles ont déjà été dédiés à Warzone, mais nous ne sommes jamais rentré dans le vif du sujet ! Cette fois-ci vous n’y couperez pas, je vais tout vous dévoiler sur ce petit bijoux du jeu de figurines !

L’Univers

Si vous trouviez que l’univers de W40k était sombre, c’est que vous ne connaissez pas Warzone ! Voici un résumé des Chroniques des Mutants : 

Le Système Solaire est entièrement colonisé, à l’exception de Pluton, lieu maudit duquel est apparue pour la première fois la Dark Légion, des démons essayant de corrompre l’Humanité. Cette dernière est divisée en plusieurs Corporations, luttant sans cesse pour le contrôle total des ressources et des moyens de productions des planètes colonisées. 

Bien que faciles à manipuler par les démons, les humains réussirent à s’unir contre eux lors d’un premier affrontement. Unifiés sous la bannière des Brotherhood, une forme de résistance nait, menée par des saints hommes doués de pouvoirs psy permettant de bannir la Dark Légion une première fois.

Malheureusement, quelques centaines d’années plus tard, une nouvelle expédition se lance à la poursuite des trésors de Pluton, malgré la mise en garde de la déclinante institution des Brotherhood. Cette fois, la Legion revient, et parvient cette fois à établir des avant postes sur plusieurs planètes, transformant leur population en zombies dociles. 
L’Humanité est au bord de l’extinction, et doit faire face à d’autres menaces comme la Corporation Cybertronic, qui reprend la création d’IA, malgré l’interdiction formelle de construire des entités aussi facilement contrôlables par La Legion. Pourtant, ces nouveaux robots semblent immunisés aux attaques démoniaques, ce qui suscite encore plus d’inquiétude chez les autres Corporations

Un univers dans lequel l’Humanité est menacée d’extinction par une horde de démons voulant la zombifier ainsi que par une IA dont les desseins sont tout aussi obscurs ; dans lequel les humains sont dirigés par des Corporations préférant augmenter leurs profits plutôt que de sauver leurs semblables…

Vous l’aurez compris, c’est un monde parfait pour un jeu de figurines ! 

Comment ça se joue ?

Maintenant que je vous ai mis l’eau à la bouche, vous voudrez sûrement en apprendre plus sur le système de jeu, non?

Warzone se joue sur des tables de 48″x48″, assez chargées en décors, avec des armées d’une trentaine de figurines. Les parties peuvent durer entre une et deux heures, selon le format auquel vous jouez. Contrairement à beaucoup de jeux de figurines, il y a une très bonne gestion des élévations, permettant de jouer avec des décors remplis d’étages, de recoins, et autres zones d’embuscade…

La construction d’armée : 

L’armée est menée par un Warlord, qui par ses règles spéciales va orienter le style de jeu de son armée, un peu comme à Warmachine. Vous pouvez soit prendre un perso spé, soit construire le vôtre. Vous pourrez alors choisir toutes ses caractéristiques, ainsi que son équipement, à la manière d’un jeu de rôle.
Le reste de l’armée se construit assez classiquement, vous devez avoir deux choix Troupes minimum, et vous pouvez ajouter jusqu’à deux Troupes, trois unités de Soutien, et deux Véhicules. Selon le format, le schéma pourra s’étendre, mais la majorité du temps vous utiliserez celui-là.

En plus des figurines, vous devez aussi construire un paquet de 35 cartes, parmi 200 cartes accessibles à votre armée. Ce deck est optionnel, mais offre des possibilités de jeu bien plus intéressantes. Durant la partie, vous pourrez piocher ses cartes et les utiliser de différentes manières.
Certaines représentent des équipements que vous larguez sur le champ de bataille, tels des armes ou des armures, d’autres des événements météo, comme du brouillard de guerre ou un orage électromagnétique, ou encore des effets « économiques« , comme la suppression de ressources adverses.

Le tour de jeu : 

Etant donné qu’il s’agit d’un jeu à activations alternées, les joueurs partagent un même tour.

Lorsqu’un joueur active une de ses unités, il choisit une figurine qui dispose alors de 2 points d’actions, qu’il utilise comme bon lui semble. Il peut ainsi bouger, viser, tirer, charger, cogner, sauter, se mettre en état d’alerte, ou encore utiliser des capacités spéciales. Une fois qu’il finit ses actions, c’est au tour d’une nouvelle figurine.
Chaque personnage d’une même escouade peut effectuer des actions totalement différentes, il n’y a pas de contrainte. Ainsi, le lance-missile pourra viser et tirer sur un véhicule, un autre pourra monter sur un mur et arroser la zone, tandis que le dernier membre de l’unité pourra couvrir les deux autres en se mettant en état d’alerte.
En plus des actions classiques, toutes les figurines ont accès à des actions spéciales. Elles pourront donc combiner leurs tirs sur une même cible pour augmenter leurs dégâts ou encore diminuer leur précision pour augmenter la cadence de tir. Et c’est sans compter sur les prises spéciales de corps à corps : lancer de figurines, balayage, arrachage de tête (si si !), et j’en passe !

Autant dire qu’avec autant de possibilités, les combos sont infinies, et les parties toutes différentes !

En plus des deux actions disponibles, les joueurs ont aussi des cartes de ressources générées en début de tour en fonction de leur Warlord et de leur Troupes. Celles-ci peuvent être utilisées pour déclencher des règles spéciales d’unités, comme lancer des pains de TNT ou s’injecter des drogues de combat. Entre les activations, des cartes du deck peuvent être jouées, coûtant elles aussi plus ou moins de cartes ressources. De plus, pour une carte ressource, une figurine peut au choix se voir attribuer un point d’action supplémentaire ou augmenter sa cadence de tir. Aux joueurs de gérer leurs ressources au mieux au cours du tour de jeu.

Une fois qu’un joueur a activé toutes les figurines d’une escouade, c’est à l’autre joueur de faire de même, jusqu’à ce que toutes les unités aient été activées. On recommence alors un nouveau tour.

Les scénarios : 

Il existe de multiples scénarios, certains symétriques, d’autres avec un rôle d’attaquant et de défenseur, de la prise d’objectifs, de la « poutre« , bref, tout ce que vous pouvez imaginer dans un jeu de figurines classique, avec quelques exceptions notables : 

  • A la fin du quatrième tour, les conditions de victoires sont vérifiées, la partie peut donc s’arrêter rapidement si l’un des joueurs prend le dessus en début de partie.
  • Il existe des objectifs secondaires, extrêmements drôles, comme choisir une taupe dans son armée et la faire abattre l’adversaire, capturer des agents adverses, ou encore maximiser le nombre de figurines tuées au corps à corps par une de vos figurines. Ces objectifs sont cachés à l’adversaire, chacun devra donc deviner l’intention de l’autre, tout en bluffant.
  • Il existe un règlement de tournoi officiel, appelé le « Diesel Powered Tournament« , qui définit de nouveaux scénarios, plus calibrés pour le tournoi. Il est d’ailleurs intéressant de noter que dans un tournoi, vous pouvez amener deux listes d’armées et deux paquets de cartes différents, et choisir à chaque partie laquelle vous jouerez. Celà permet de vous adapter à votre adversaire, au scénario, ainsi qu’à la table de jeu.

Les figurines

Les figurines, contrairement aux premières éditions du jeu datant des années 90, sont magnifiques. Prodos utilise une résine de très bonne qualité -je vous rassure, ce n’est pas du finecast !-, qui garde intact les détails des modèles. Certaines figurines sont même un peu folles, comme le GigaMek de Mishima, qui ressemble comme deux gouttes d’eau aux robots samuraï du film Sucker Punch, y compris la taille !

Les armées : 

Vous trouverez beaucoup de styles graphiques différents, selon les armées et les sous-factions. Voici un petit résumé des différentes armées accessibles aujourd’hui.

  • Mishima : des Samuraïs avec des flingues ! L’armée est axée sur le corps à corps et les pouvoirs psy KI. Vous trouverez aussi des Ninjas et des Chevaucheurs de Dragon, un melting-pot de l’imaginaire aisiatique.
  • Brotherhood : L’inquisition combattant la Dark Legion. Des prêtres-guerriers capables de déchaîner les flammes célestes sur leurs adversaires. Si vous aimez purifier par le feu et l’acier, vous avez trouvé votre armée !
  • Cybertronic : Un mélange de Robocop et Terminator. Des cyborgs et des robots, utilisant une puissance de feu ahurissante pour annihiler l’ennemi avant qu’il s’en aperçoive.
  • La Dark Legion : Des démons, des zombies, et des monstres, tout ce qu’il y a de méchant et glauque dans la même faction ! Les différentes arcanes de magie noire vous permettront de corrompre vos adversaires !
  • Bauhaus : Corporation germanique, réputée pour la fiabilité de ses équipements ! Si vous voulez des armes qui ne s’enrayent jamais, une chaine de commandement impeccable, engagez-vous ! Ils ont aussi la possibilité de jouer sur l’environnement, en faisant pousser des jungles, ou lachant des araignées géantes sur leurs adversaires !
  • Capitol : Corporation ayant comme Dieu l’argent. Si vous avez aimé « The Expendables », que vous avez des posters de Stalone et Schwarzy dans votre piaule,et que vous aimez l’odeur du Napalm au petit matin, c’est que vous êtes au bon endroit !
  • Imperial : La vieille Europe, principalement Britannique. Deux sous-faction, des Anglais avec des masques à gaz façon Grande Guerre, et des Ecossais qui hurlent à la pleine lune, avec de grandes épées et des jeeps à la Mad Max. Un curieux mélange, mais diablement efficace !

Le budget : 

Avec des boîtes d’unités à 20 euros, voire moins, il vous faudra un budget entre 100 et 150 euros pour vous monter une liste entre 1000 et 1500 points. Le format utilisé pour les grands tournois étant 1250, ça fait partie des jeux les moins chers du marché.
Toutes les règles et livres d’armées sont en téléchargement gratuit, vous pouvez donc commencer à jouer avec un Starter sans avoir besoin d’investir dans des livres plutôt que dans des figurines !

Notre avis : 

Vous l’aurez compris, nous sommes fans du jeu ! Nous vous avions déjà vanté les mérites d’Alien versus Predator, produit aussi par Prodos Games, et avec Warzone, c’est un sans faute !

Le jeu propose des possibilités infinies, et donc énormément de stratégies à employer. Même avec un nombre restreint de figurines, la gestion individuelle des actions permet une adaptation fine pour chaque situation.
Le système de cartes et de ressources demande une gestion intelligente de ces dernières, et permet de mettre le paquet dans les zones de combat que vous voulez maitriser. 
Au delà de ces considérations, le jeu est vraiment drôle. Le fait de pouvoir sauter d’un étage pour faire une attaque plongeante, de faire une clé de bras à un adversaire pour qu’il se fasse tirer le portrait par les copains, d’arracher la colone vertébrale d’un sergent pour faire fuir l’unité, ou encore de coller un pain de C4 sur ses propres véhicules pour les faire exploser chez les adversaires, est tout simplement jouissif ! 


En attendant, voici le lien vers le site de Prodos Games, vous trouverez le livre de règle et les livres d’armées en téléchargement tout en bas de la page ! : 

http://prodosgames.com/

En attendant, vous pouvez voir toute la gamme de figuriens disponibles sur notre site : 

http://mobile.hobbyshop.fr/680-warzone-resurrection

Si vous voulez venir m’affronter à Hobby Shop, je serais ravis de vous accueillir avec mes Cybertronics…Mouahahahaha !!! 

Ezek