La fin d’année approchant, les éditeurs sortent leurs nouveaux jeux avec frénésie. Aujourd’hui Légion distribution nous apporte un nouveau jeu de Steamforged et une nouvelle adaptation de jeu vidéo : Devil May Cry. Chaussez vos bottes en cuir, aiguisez vos lames et vos gros flingues, on va dézinguer du monstre !

Le diable peut pleurer…

Devil May Cry est une saga de jeu vidéo dont le premier opus date de 2001. Depuis 6 sont disponibles et cela ne semble pas vouloir s’arrêter. Livres et Anime existent aussi et il n’est pas étonnant qu’un jeu de plateau soit envisagé…

Dante est un détective, chasseur de démons. Sa mère et son frère jumeau ont été tué par Mundus, L’empereur démon. Il est contacté par Trish, une belle jeune femme qui n’a pas froid vu ses vêtements, pour aller enquêter sur un château sur Mallet Island. Les démons prépareraient quelque chose…

Mais cette accroche n’est qu’une façon d’entrer dans l’univers, puisque le jeu ne suit pas la narration de la série. Certes vous pourrez jouer les personnages, combattre les monstres de Devil May Cry, mais l’auteur a fait le choix de privilégier un mode particulier du jeu : The bloody palace.

Apparu dans le 2eme opus, il s’agit en fait d’un mode “Survie” où chaque joueur endosse le rôle d’un des personnages et il doit survivre aux vagues de monstres qu’on lui envoie. Originellement, 999 vagues différentes… Vous n’en aurez pas autant dans le jeu de plateau, rassurez-vous….

Le palais sanglant :

L’auteur du jeu de plateau n’est pas un inconnu : James Hewitt a travaillé 2 ans dans la design team de Games Workshop et il a fait partie des fondateurs de la partie Specialist Games de la firme. Bloodbowl 2016, Silver Tower figurent à son CV et depuis son départ, il bosse avec Steamforged games. C’est aussi le designer de Horizon Zero Dawn, vous ne serez donc pas surpris des similitudes entre les 2 jeux.

Le jeu vidéo Devil May Cry est connu pour ses bonus de style quand vous éliminez les démons. Pour gagner au jeu de plateau, en plus de tuer des démons, il faudra être le joueur avec le plus score de Style. Pour cela, il faudra enchaîner des combos de coups les plus longues, les plus dévastateurs possibles et/ou réussir des objectifs propres au niveau où vous vous trouvez…

Chaque joueur prendra le rôle d’un des hunters de la série, Dante, Nero, Trish ou V. En plus d’une carte de profil, il aura un deck d’action, un autre d’upgrade et sa figurine sera placée au centre du plateau, prête à recevoir la première vague d’ennemi.

Elles sont au nombre de 4 pour une partie à choisir parmi 20 disponibles dans la boite de base. C’est le nombre de joueurs qui déterminera lesquelles seront prises, en fonction de leur difficulté. Une fois tout cela préparé, en route !

Let’s get ready to Rumble !

Le premier joueur pioche la première carte de vague et les joueurs installent les premiers démons selon le schéma donné. Ensuite, les rounds vont s’enchainer jusqu’à ce que la vague ait été vaincu.

Un round se déroule en 3 phases :

_Une phase de chasseurs où les héros jouent.

_ Une phase d’ennemi où c’est au tour des démons d’attaquer

_ Une phase de fin qui permet préparer le round suivant

La phase de chasseurs commence par le premier joueur : il peut courir une fois et attaquer autant de fois qu’il veut. Vous pouvez attaquer avant et/ou après cette course mais la course ne peut se faire qu’une fois même si vous n’utilisez pas le potentiel total de votre mouvement. Le plateau est divisé en hexagone, chaque point de la caractéristique de vitesse de votre profil vous permet d’avancer sur une case adjacente. Vous ne pouvez pas passer au-dessus d’autres figurines et faites attention à l’orientation de votre figurine, cela a de l’importance pour les attaques.

Pour attaquer, vous aurez besoin des cartes de votre deck d’actions dont j’ai déjà parlé. La majorité sont des cartes d’attaque, complétées par des cartes de défense. 3 de vos cartes seront toujours placées devant vous et seront vos cartes d’attaques par défaut, vos coups de base quoi. En main, vous aurez 5 cartes piochées dans votre deck au début du round. Pour lancer une attaque, il faut jouer l’une de ses cartes soit parce qu’elle commence un combo soit parce qu’elle se chaîne avec une déjà posée devant soi. De plus, l’attaque doit pouvoir infliger des dommages à un démon.

Si l’attaque est au corps à corps, il suffit d’infliger les dommages directement à la cible, pas de jet de dés nécessaire. Pour un tir, l’attaque doit être sur la cible la plus proche dans l’arc avant de la figurine. Si l’ennemi a subi suffisamment de point de vie, il est mort, retiré de la table et il laisse derrière lui des orbes rouges et vertes. Les premières servent pour upgrader les cartes du deck d’action, les deuxièmes à soigner les chasseurs.

La carte d’attaque n’est pas défaussée tout de suite. Elle reste sur la table et forme une ligne avec les attaques déjà passées par le joueur. Ces cartes ont des chaînes de chaque coté qui permet de les lier si les chaînes sont de la même couleur. Une fois par tour de jeu, un joueur peut décider de prendre les points de style d’une chaîne. Plus elle est longue, plus il gagne de points.

Attention néanmoins, dès qu’un héros subit au moins un dégât, les chaînes d’attaques posées sont défaussées, lui faisant perdre des points précieux…

Des ennemis et de l’expérience :

Une fois que les joueurs ont tous joué une fois, c’est aux ennemis de jouer. Le premier joueur prend leur contrôle et les active dans l’ordre de leurs classes : d’abord la 1ere classe (les plus forts) et ainsi de suite. S’il y a des égalités, le joueur décide.

Chaque monstre a un paquet de cartes de comportement. Quand la classe s’active, on pioche une de ces cartes et chaque figurine démon de la classe agit en suivant ces instructions dans l’ordre que le premier joueur décide. S’ils ont été assommés par les joueurs, les démons n’agissent pas du tout.

Les comportements vont invariablement impliqués de bouger et/ou d’attaquer les héros en infligeant directement des dégâts. Si un chasseur se fait tuer, il est retiré du plateau, perd des points de style et se retrouve au point de départ des héros…

Quand tous les monstres ont agit, on passe à la phase de fin de tour où les joueurs re piochent 5 cartes et relancent un nouveau round. Si jamais le dernier monstre du plateau est détruit, le tour s’arrête et la vague de démons se termine. Les joueurs vont upgrader leur deck d’actions grâce aux orbes rouges récupérées, mélanger leur défausse avec leur deck et préparer une nouvelle vague…

Conclusion :

Devil May Cry est un jeu d’arènes assez direct. Pas de jets de dés, je fais des combos de cartes en traversant la table et en tatanant des démons. Mais passé cet aspect simpliste, c’est un jeu où le minutage et la prise de risque sont importants en particulier dans les parties à 4 joueurs. Les multiples effets de jeu peuvent protéger ses combos mais en même temps mettre en péril celles des adversaires. Une chose est sûre : ça va être fun…

Ne passez pas à coté et commandez votre exemplaire dès maintenant en cliquant sur l’image ci dessous: